Notre site utilise des cookies nécessaires à son bon fonctionnement. Pour améliorer votre expérience, d’autres cookies peuvent être utilisés : vous pouvez choisir de les désactiver. Cela reste modifiable à tout moment via le lien Cookies en bas de page.

Total :  0,00 €
Les 20 ans du club
VOIR LA VIDEO

 

Les entreprises au secours des restos

Harry Covert  - Les Potins D'Angèle, le 22 janvier 2009

Les entreprises au secours des restos, réseautage d'affaire au restaurant

Il faut que j'en parle à mon chef pour qu'il m'invite plus souvent au resto. Après le Petit Léo, un nouveau guide vient de sortir, intitulé Les Plaisirs Gourmands. Il offre dans certains des réductions tout à fait sympathiques.

Comme c'est la dixième édition, on peut supposer qu'il n'y a pas d'arnaque au moment de l'addition, comme cela s'est vu avec une formule du même genre imaginée par un mensuel lyonnais aujourd'hui en déconfiture juridique et financière.

Certes, ce guide est un peu cher pour un particulier : 79€. Mais pour une entreprise florissante, c'est une aubaine!

Jugez plutôt une remise de 30€ sur le menu à 95€ de l'Auberge de l'Ile, ça ne se refuse pas!

Autres perspectives appétissantes: 15 euros à partir du menu à 25 euros à la Brunoise à Villeurbanne, une formule à 9 euros ou 14 euros à la carte au Café de la place (place Sathonay, Lyon 1), un menu à 20 euros à L'Osteria Valenti à la Croix-Rousse, le "menu du moment" à L'Indo café rue de la Thibaudière (7è)... 76 tables au total, et des conditions assez simples.

Quand vous réservez, assurez-vous tout de même qu'il n'y a pas de zone d'ombre. A un moment où la conjoncture économique tourne à la Berezina, ce genre de guide peut donner un petit coup de pouce aux restaurateurs.

A l'automne dernier, on constatait surtout que la clientèle des restos commandait moins, se rédimait - comme on dit à Lyon - en buvant de l'eau, en choisissant la formule bon marché plutôt que le menu, voire en commandant un plat pour deux. Mais pour 2009 certains previsionnistes annoncent une baisse de fréquentation de 30%.

En ciblant les entreprises qui peuvent encore s'offrir des frais de bouche, ce genre de guide peut contribuer à enrayer la chute de l'activité. Les promesses de Chirac et de Sarkozy sur la baisse de la TVA étant, comme d'habitude, releguées au rayon du miroir aux alouettes et autres ortolans, les restaurateurs devront se contenter de ces petites initiatives commerciales.

C'est toujours mieux que rien!

Harry Covert

Modifié le mercredi 06 février 2013


HAUT